UNE "GUINGUETTE ??? ALLONS BON.....!!!

Notre association a été informée d’un projet de guinguette qui serait installée en bord de Seine près de la passe à poissons à partir de juin 2022.

 

Cette guinguette qualifiée « d’éphémère » par la mairie serait ouverte jusqu’à 22h/23h (selon les jours) du jeudi au dimanche pendant 4 mois (de juin à septembre).

 

Aussi sympathique que ce soit ce projet, nous nous inquiétons des troubles sonores, lumineux sur la faune locale déjà observée dans ce lieu et en particulier :

 -          Les animaux nocturnes qui commencent leurs activités avant le coucher du soleil :

 o   Les chauves-souris

 o   La chouette hulotte

 o   Le hibou moyen duc

 o   Le renard

 o   Les hérissons

 o   Les vers luisants

 o  

 

-          Les animaux diurnes qui nichent et/ou se nourrissent le long du ru :

 o   Les oiseaux communs (mésanges, troglodytes, fauvettes, pinsons, sitelles, …)

 o   Les hérons cendrés/sternes/grèbes/cormorans

 o   Les poule-d ’eau

 o   Les écureuils

 o   Le martin-pêcheur

 o   Les pics verts/épeiches/…

 o   Les faucons crécerelles

 o   Les grenouilles/crapauds/

 o   Les couleuvres à collier

 o  

 

L’installation de cette guinguette va s’accompagner d’un « abattage/nettoyage » des arbres/buissons/herbes le long du ru de la frayère qui va impacter négativement la biodiversité de ces lieux humides si rares et si fragiles. Cependant, nous comprenons tout à fait que les arbres morts dangereux pour la sécurité des promeneurs doivent être coupés. Nous avons informé la mairie qu’environ 25 % des plantes et des animaux dépendent de la dégradation du bois morts (debout ou au sol) et qu’il serait judicieux de laisser le bois mort au sol dans les lieux proches disponibles.

 

Nous pensons qu’une taille sélective (limitation des plantes envahissantes : Erable sycomore, Erable negundo, cornouiller sanguin, …) et partielle (éclaircir une peu chaque année les zones denses) serait plus appropriée pour maintenir ces espaces dans un état qui respecterait la biodiversité et contenterait ceux qui souhaitent un endroit « visuellement plus propre ». De plus, cette gestion « cosmétique » et régulière serait certainement moins couteuse qu’une intervention trop radicale et impactante tous les 10 ans (à plus de 50 000 € sur le budget communal).

 

Ce bord de Seine qui est une Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF 2) souffre déjà d’une forte pression de l’activité humaine et en particulier :

 

-          Activités du ski nautique

 o   Bruit des bateaux à moteurs (et de jet skis observés)

 o   Perturbation sonore sur les poissons

 o   Dégradation des berges liée aux vagues (ce n’est pas seulement lié aux péniches car les dégradations sont moins importantes en amont de cette activité ski nautique)

 o   Rejets de WC non gérés/traités

 o   Feux de bois

 

-          Activités du port

 o   Des voitures garées (plus d’une dizaine certains jours) sur la route qui devraient être réservées aux piétons après la barrière. La présence de voitures incite certains deux roues motorisées à venir sur cette portion de route pour y produire des accélérations très bruyantes et dangereuses pour les piétons. Un parking existe à 150 mètres de l’entrée. Si l’argument du vol/casse sur les voitures garées sur ce parking existe, nous demandons à voir les copies des plaintes.

 o   Huile de vidange (de bateaux) déversée sur les berges (ce qui provoque une pollution toxique du milieu pendant des dizaines d’années et qui favorise le développement d’une plante invasive (diminue la biodiversité indigène) : la renouée du japon

 o   Un tremplin en ferraille a rouillé pendant plus de 5 ans (démonté enfin le 2 mai)

 o   Des bâtiments (non référencés sur le cadastre) et un espace très réservé aux membres du club qui y déjeunent/dinent parfois bruyamment et tardivement les week-ends

 

-          Activités de VNF

 o   Dépôt sur la berge d’un tas de débris et détritus flottants récupérés à l’entrée du barrage il y a quelques années

 

-          Activité de la fête de la Saint-Jean

 o   Broyage d’une prairie avec la faune associée (insectes, crapauds, hérissons, reptiles …) d’environ 7000 m2 qui sert de parking une journée une fois par an. Depuis plusieurs années, nous suggérons à la mairie de ne pas broyer à faible hauteur (tondeuse à gazon) mais de faucher (pas de broyage) à une douzaine de centimètres de hauteur.

 o    De même pour le fauchage de l’espace en bord de Seine.

 

Nous constatons que de nombreux concitoyens n’acceptent pas de vivre dans un milieu vraiment naturel proche qui nous prête un peu d’espace. Ils souhaitent le maitriser et le contraindre à une esthétique qui n’a plus rien de naturel. Plutôt que d’accepter de vivre en bonne cohabitation, ils préfèrent que cette « jungle » soit cantonnée à des parcs « musée » comme le parc de Livry.

 

Depuis des années, notre association sensibilise les enfants de Chartrettes et des communes environnantes au respect de la nature, à l’importance de la biodiversité, à la connaissance de la faune et de la flore. Nous constatons toujours un fossé intergénérationnel important sur ces sujets. Nous espérons que derrière nous, cette prochaine génération aura des comportements et une sensibilité plus appropriée vis-à-vis de l’environnement mais il sera peut-être trop tard.

  

Sur la méthode de ce projet, nous déplorons qu’à ce jour (4 mai 2022) :

 -          Aucune concertation préalable auprès des habitants

 -          Aucune concertation préalable auprès de notre association

 -          Ce projet n’a jamais été évoqué lors d’un conseil municipal

 -          Les riverains ont été prévenu le 30 avril par courrier soit un mois avant l’ouverture de la guinguette. Dans ce courrier, il apparaît nettement que le projet est contractuellement bien avancé avec le futur gérant :

 o   Date d’ouverture : 3 juin

 o   Date de fermeture : 25 septembre

 o   Heures d’ouvertures :

 §  Jeudi : 18h à 22h (4h)

 §  Vendredi : 18h à 23h (5h)

 §  Samedi : 15h à 23h (8h)

 §  Dimanches : 15h à 20h (5h)

 

Mais aucune précision sur les éléments le plus perturbateurs pour la faune :

 §  Le nombre de décibels max à 50 mètres (pour les hautes et basses fréquences) de l’installation ?

 §  Contrainte sur l’éclairage (puissance et orienté vers le sol)

 

-          Les riverains sont invités pour une réunion d’information le mercredi 18 mai de 19h à 20h en bord de Seine (passe à poissons) soit 15 jours avant l’ouverture de la guinguette.

  

Si l’installation de cette guinguette devait avoir lieu, nous pensons que nos amis de la faune locale pourraient accepter un projet « d’une guinguette écolo » sans musique qui ferme une heure avant le coucher du soleil.

                                                                                                Les membres du CA de CNE

Et voici le lieu choisi ! Un lieu ou les marcheurs se reposent, ou les pêcheurs pêchent, ou les badauds observent... Tout cela va disparaître les mois les plus beaux de l'année !!!